Contact Us
66 Avenue des Champs-Élysées, Paris 75008
[email protected]
01 34 90 86 58

Comment garder une longueur d'avance sur la courbe ESG en 2021 ?

Le boom ESG continue. Il n'y a pas beaucoup de lignes d'argent dans le nuage noir de Covid-19. Cependant, en voici une : à la surprise de beaucoup (y compris la nôtre), la pandémie a accéléré l'intérêt pour les questions environnementales, sociales et de gouvernance en 2020, et l'Argent moral prévoit que cela s'intensifiera en 2021.

 Il y a au moins cinq raisons à cela : Le boom ESG est désormais porté autant par la gestion des risques que par l’activisme : Covid-19 a montré aux dirigeants d’entreprises et aux financiers du monde entier les dangers d’ignorer ce que l’on appelle les « externalités ». Les « externalités » liées au changement climatique seront de plus en plus à l’ordre du jour en 2021 en raison de la réunion de la COP26, de la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes et des sondages qui montrent que la société se préoccupe largement du réchauffement climatique.

 

La catastrophe de Covid-19 a montré qu’il était dangereux d’ignorer la science, mais aussi que les comportements peuvent changer de manière surprenante lorsque le public comprend la nature de l’urgence. Les grandes fortunes ont de plus en plus intérêt à promouvoir l’agenda ESG, pour leur propre bénéfice, et feront pression en ce sens en 2021. Larry Fink, directeur général de BlackRock, a récemment déclaré à Moral Money qu’il considérait le financement du climat comme le deuxième grand changement structurel de sa carrière d’investisseur (le premier a été l’essor de la titrisation, qu’il a repéré très tôt et utilisé pour lancer sa carrière). Et si les enthousiastes de longue date de l’ESG se moquent que M. Fink soit en retard par rapport aux activistes précédents, le point essentiel est le suivant : puisque M. Fink (et d’autres) ont repéré un momentum trade dans l’ESG, ils sont déterminés à maintenir cet élan. La transparence augmente d’une manière qui rendra les conseils d’administration des entreprises et les comités d’investissement nerveux à l’idée de ne pas respecter les normes ESG en 2021, en particulier face aux milléniaux qui ont utilisé la transparence pour exiger des changements (qu’il s’agisse des employés, des clients ou de toute autre personne). Le choc du mouvement #MeToo en 2019 et de Black Lives Matter en 2020 a ébranlé les attitudes des dirigeants. Même si vous détestez l’idée de « stakeholderisme », ignorer l’ESG peut être mauvais pour les actionnaires. La politique soutiendra également la dynamique ESG en 2021. Au Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnson a mis tout son poids dans la balance pour soutenir les réformes écologiques. La Commission européenne poursuit ses projets de taxonomie verte et de relance verte. La nouvelle administration de Joe Biden a placé la politique climatique au centre de ses décisions en matière de personnel et devrait faire pression en faveur de réformes rapides en matière d’investissement ESG. La Chine s’est engagée à atteindre la neutralité carbone et le Japon a suivi avec ses propres promesses. En effet, de nos jours, il est difficile de trouver un gouvernement – à l’exception du Brésil – qui ne tente pas d’obtenir un halo vert sous une forme ou une autre.

 

Soyons clairs : nous ne prédisons pas que la croissance de l’ESG aura une trajectoire régulière en 2021. Le secteur est confronté à de gros problèmes tels que le manque de cohérence comptable, les différentes approches politiques transatlantiques, trop d’argent pour trop peu de produits d’investissement viables et la difficulté de décider comment équilibrer le « E » d’ESG et le « S ». Tout cela donnera probablement lieu à quelques scandales et plaintes pour blanchiment écologique en 2021. Mais la direction à prendre est claire : l’ESG passe de la marge à la scène principale. Que doivent surveiller les investisseurs en particulier ? Voici quelques réflexions…

 

La COP26 sera-t-elle un succès ?

La COP26, le sommet des Nations unies à Glasgow, est considérée comme un moment décisif pour la lutte contre le changement climatique. La réunion, qui a été reportée du mois dernier à novembre 2021, rassemblera les dirigeants du monde entier pour discuter de la manière dont ils comptent atteindre les objectifs de l’accord de Paris de 2015 sur le climat. Les questions clés sur la table devraient inclure la tarification mondiale du carbone et une chance de rattraper l’échec de la COP25 de 2019 à Madrid. La réunion est susceptible de démontrer un chœur croissant de soutien aux politiques vertes. Au début de 2020, « personne ne pensait qu’il y aurait une chance d’aboutir à la COP26 », a déclaré Daniel Klier, responsable mondial de la finance durable chez HSBC. « Maintenant, nous sommes presque entrés dans une course aux armements pour savoir qui sera le meilleur ». Ce qui sera vraiment intéressant à observer, cependant, ce n’est pas seulement ce que fait le secteur public, mais aussi la façon dont les sociétés et les entreprises réagissent. M. Klier, par exemple, prévoit que l’action du secteur privé pendant les réunions de la COP26 pourrait avoir un impact beaucoup plus durable que certaines des choses que les gouvernements conviennent dans les salles de conférence. Cet accent mis sur le secteur privé représente une évolution vers une approche ascendante, axée sur les entreprises, que le Royaume-Uni préfère à l’approche gouvernementale descendante de l’Europe continentale. Quelles seront les prochaines actions de Joe Biden en matière de climat ? Joe Biden a été élu président des États-Unis sur un programme vert (ou presque), du moins par rapport à Donald Trump. Mais quelle nuance de vert son administration adoptera-t-elle réellement ? Les nominations effectuées jusqu’à présent suggèrent que son équipe vise à placer le « vert » au centre de l’élaboration de la politique économique – mais de manière pragmatique, en essayant de gagner un large soutien de l’establishment.

Sa candidate au poste de secrétaire au Trésor, Janet Yellen, vient de cosigner un vaste document du G30 appelant à des politiques concrètes en matière de changement climatique (telles que des taxes sur le carbone). Brian Deese, l’homme qui dirigeait la politique ESG pour BlackRock, est désormais le principal conseiller économique de la Maison Blanche. John Kerry, le rusé diplomate chevronné, a été nommé envoyé spécial mondial sur le changement climatique. M. Biden a choisi des écologistes pour diriger l’Agence de protection de l’environnement et d’autres agences clés. Cela signifie qu’en 2021, les États-Unis ne se contenteront pas de rejoindre l’accord de Paris sur le climat, mais qu’ils entameront également d’importantes discussions politiques. Il faut s’attendre à une certaine forme de taxe sur le carbone, à une réduction des émissions de carbone et à des discussions sur le gaz de schiste. Et surveillez les changements apportés au ministère du travail et aux règles de la Securities and Exchange Commission qui permettraient aux gestionnaires d’actifs d’investir plus facilement dans les produits ESG. Si ces changements se concrétisent, l’impact sera important. La bataille autour des chaînes d’approvisionnement Il y a trois ou quatre ans, lorsque les entreprises déclaraient vouloir « être durables », elles avaient généralement en tête leurs propres opérations. Ce n’est plus le cas. Aujourd’hui, les entreprises sont confrontées à des demandes croissantes de la part des investisseurs, des employés et des clients pour qu’elles améliorent non seulement les normes de leurs propres activités, mais aussi celles de leurs chaînes d’approvisionnement. Walmart est un pionnier américain en la matière : il exhorte ses fournisseurs à réduire leurs émissions de carbone, à améliorer leur empreinte en matière de biodiversité et s’intéressera bientôt aux questions sociales. D’autres rejoindront sans doute la conversation en 2021, notamment parce qu’il semble que les investisseurs soient disposés à récompenser les entreprises qui améliorent les normes ESG de leur chaîne d’approvisionnement. Cela s’explique en partie par le fait que les investisseurs ont compris que si une entreprise est capable de contrôler les normes ESG de ses fournisseurs, elle est probablement assez bien gérée en général. La soupe d’alphabet comptable continuera de tourbillonner 2020 a été l’année où l’argent moral en a eu complètement marre de la confusion des acronymes liés aux normes comptables ESG (TCFD, SASB, GRI, pour n’en citer que quelques-uns). De nombreux investisseurs ont fait de même. Heureusement, l’année 2021 devrait permettre de progresser (lentement) vers la création d’un monde plus rationnel. Moral Money s’attend à ce qu’une forme de système basé sur la TCFD et le SASB finisse par déterminer la manière dont la plupart des entreprises rendent compte des questions ESG, éventuellement dans le cadre défendu par le Forum économique mondial (même si de nombreux Européens continentaux continuent d’aimer la GRI).

Nous espérons plutôt que l’étiquette facile à comprendre « comptabilité d’impact » qui a été lancée par les professeurs de la Harvard Business School et Ronald Cohen deviendra l’étiquette la plus populaire car elle est tellement plus facile à prononcer et à expliquer. La courbe de rendement de l’olive La Commission européenne va poursuivre ses efforts pour introduire sa taxonomie verte en 2021. Elle mérite des félicitations à cet égard pour avoir été un pionnier (et, par défaut, le normalisateur mondial depuis que l’administration Trump s’est retirée de Paris). Mais 2021 sera aussi une année où les banquiers d’affaires et les entreprises feront pression pour une définition plus nuancée du « vert » afin de s’assurer que les entreprises brunes, telles que les géants des combustibles fossiles, soient récompensées sur les marchés et au tribunal de l’opinion publique lorsqu’elles se dirigent dans la direction générale du vert. Appelez cela, si vous voulez, la montée de la finance olivâtre. Certains militants qualifient ce phénomène d’écoblanchiment ; d’autres affirment que c’est le seul moyen d’encourager (ou de forcer) davantage d’entreprises à passer à un monde plus propre. Quoi qu’il en soit, il faut s’attendre à voir se multiplier les obligations « de transition » ou « liées à la durabilité », qui offrent un financement moins cher si les objectifs écologiques sont atteints. Cela encouragera à son tour la création d’un plus grand nombre de plates-formes permettant de suivre l’évolution des entreprises et de leurs projets sur cette échelle « olive ».

 

Les Jeux olympiques de Tokyo de 2020 en 2021

Les Jeux olympiques de Tokyo ont été difficiles à vendre au départ. Tokyo n’est pas un endroit souhaitable pour les jeux d’été en raison de la chaleur extrême de ces dernières années. Le Comité international olympique a même décidé de déplacer le marathon à Sapporo, une ville du nord plus fraîche. Tous les Japonais n’ont pas été convaincus par la logique « accueillir les Jeux olympiques relancera l’économie ». Puis est arrivée la pandémie de Covid-19. Les jeux sont retardés d’environ un an, ce qui entraîne un coût supplémentaire de 294 milliards de yens (2,8 milliards de dollars) en plus du budget existant de 1,35 milliard de yens. Shinzo Abe, partisan des jeux de Tokyo, n’est plus le premier ministre du pays. Un récent sondage a montré qu’une majorité de la population s’oppose à la tenue des jeux l’année prochaine, préférant un nouveau report ou une annulation pure et simple. Le Japon doit établir un nouveau modèle de réussite pour les Jeux olympiques. Le succès du style pré-pandémique, un stade plein à craquer de la population locale et de touristes étrangers, a peu de chances de se produire et n’est peut-être même pas souhaitable – à l’intérieur ou à l’extérieur du Japon. Mais la nouvelle administration de Yoshihide Suga – ou le CIO – n’a pas encore fourni de plan clair pour les jeux post-pandémie. L’ambiance locale est morose, mais Kenji Fuma, directeur général de Neural, société de conseil ESG basée à Tokyo, voit un point positif : la coopération mondiale. Alors que les réunions multilatérales sont en déclin sous l’effet de la pandémie – même virtuellement – M. Fuma pense que les jeux peuvent servir de rappel à la collaboration mondiale. « J’espère que l’on se souviendra des Jeux olympiques de Tokyo en 2021 comme d’un tournant qui renforcera les liens entre les pays et créera un climat propice à la lutte commune pour une société durable », a déclaré M. Fuma. Les investisseurs font monter les enchères pendant la saison des procurations 2021 Les assemblées générales annuelles des entreprises étaient autrefois des affaires torrides, égayées uniquement par des collations gratuites. Mais, désormais, ces rassemblements sont devenus des champs de bataille pour les activistes ESG – ponctués en 2020 par une année record de soutien aux propositions environnementales et sociales des actionnaires. Le changement climatique restera une préoccupation majeure des actionnaires lors de la saison de vote par procuration 2021. L’initiative « Say on Climate » du milliardaire britannique Chris Hohn sera soumise aux actionnaires américains. Les investisseurs continueront à lutter contre le charbon. Amundi prévoit d’élargir son engagement contre le charbon au-delà des banques européennes, aux compagnies d’assurance et autres entreprises de services financiers sur d’autres continents. Et les questions sociales portant sur les congés payés et la divulgation de la diversité vont prendre de l’ampleur. Première étape : BlackRock. La lettre très importante de M. Fink aux entreprises dans les semaines à venir pourrait être un indicateur des préoccupations sociales, tout comme sa lettre de 2020 l’a été pour les causes liées au changement climatique.

Author avatar
urbatis